Accueil/Home
Accueil/Home - Mes machines - Tous les articles - Dernières entrées - Revues - Trucs & astuces l'OI - Publicités - Nouveautés - Recherche / Echange

 
     

Hewlett Packard HP 11C


Le Hewlett-Packard HP 11C est une calculatrice scientifique programmable produite de 1981 à 1989. Elle fait partie de la série des Voyager qui compte aussi les HP 10C, 12C, 15C et 16C. Toutes ces machines ont le même format "paysage" et tiennent facilement dans une petite poche. Le C de sa dénomination indique que la mémoire est continue et que donc elle conservée après extinction et comme l'écrasante majorité de la production de la maison, elle fonctionne selon le système de Notation Polonaise Inversée (Reverse Polish Notation en anglais) avec sa pile opérationnelle à 4 niveaux. Son clavier comporte 39 touche dont 36 ont des fonctions secondes et troisièmes accessibles par les touches f et g. La touche f étant de couleur jaune, elle permet d'exécuter les commandes sérigraphiées en jaune et la g étant bleue.... devinez !

Hewlett Packard HP 11C

L'affichage avec tous ses segments allumés. On notera le BEGIN et le D.MY utilisés par le HP 12C (la financière de la famille) et le C utilisé par le HP 15C en mode "nombres complexes"

Son affichage LCD permet d'afficher 10 chiffres. Les seules concession à l'alphanumérique sont le "running" clignotant durant l'exécution d'un programme ou le "Error" qui apparaît en cas... d'erreur. Sa mémoire de base est de 63 pas de programmes auxquels s'ajoutent 20 mémoires numériques plus le registre I qui sert à l'adressage indirect. Les 20 mémoires sont numérotées en deux banques; de 0 à 9 puis de .0 à .9. Elles sont converties automatiquement en pas de programmes quand un programme va au-delà des 63 pas et la conversion des pas commence par la mémoire .9 pour finir par la 0. Chaque mémoire en moins apporte 7 pas supplémentaires, ce qui donne un maximum de 203 pas de programmes et il ne reste que le registre I.
Cette machine se positionne au-dessus du HP 33E ou du HP-10C mais elle reste en-dessous du HP-34C qui embarque autant de mémoire et dispose des fonctions de résolution d'équation et de calcul d'intégrales qui se retrouveront dans le HP-15C. Petit aparté. La machine d'entrée de gamme de cette série est le HP-10C beaucoup moins puissant et bien moins cher à l'époque. Mais comme il s'est bien moins vendu et est donc plus rare, il est maintenant bien plus cher en occasion ! Comme quoi.... Second aparté. J'ai écrit le HP-10C et non pas la HP-10C car pour Hewlett-Packard c'est un calculateur et non pas une calculatrice ! Troisième aparté. Et pourtant dans certaines publicités ils utilisent bien le terme calculatrice.

Elle a toute la panoplie habituelle des fonctions scientifiques et statistiques et dispose aussi des fonctions de calcul de combinaisons et permutations ce qui est plus rare et aussi d'un générateur de nombres aléatoires. On accède au mode programmation en appuyant sur les touches [ g ] [R/S]. C'est uniquement dans ce mode qu'il est possible de supprimer un programme. L'affichage montre toujours le dernier pas qui a été saisi.
L'éditeur est simple et puissant. Le défilement des instructions vers l'avant dans un programme se fait avec la touche SST et vers l'arrière avec BST. On pourra regretter que BST soit une fonction seconde et qu'il faille par conséquent appuyer sur 2 touches pour revenir d'un pas en arrière. Pour insérer un pas il suffit de se positionner sur le pas précédent et l'insertion se fera dès qu'on aura fini de saisir l'instruction. Pour en supprimer un, il suffit de se positionner dessus et d'appuyer sur la touche [<-]. Depuis le mode calcul ou le mode programme, il est possible de se positionner sur un pas de programme spécifique en appuyant sur [GTO] [ . ] suivi de 3 chiffres. Par exemple [GTO] [ . ] [ 0 ] [ 0 ] [ 4 ] positionnera le pointeur de programme sur le pas numéro 4.

La machine permet d'effectuer les opérations de bases (+, -, x et /) directement sur les mémoires. Par exemple, 10 STO + 1 ajoutera 10 à la valeur présente dans la mémoire 1. Comme sur toutes les HP, les pas de programmes sont combinés, c'est à dire qu'un pas peut résulter de la pression de plusieurs touches. Par exemple sur certaines machines une séquence comme LBL A ([ f ] [SST] [ f ] [Vx]) prendrait 4 pas. Sur la 11C cela n'en prendra qu'un seul. Les instructions sont affichées selon leurs coordonnées sur le clavier, les chiffres quant à eux sont affichés en toute lettre (si je puis m'exprimer ainsi :D). Ainsi STO +1 qui ajoute la valeur du registre x (l'affichage) dans la mémoire 1 sera codé 44,40, 1. Bon dans ce cas il faut lire que le 0 de 40 est la dixième touche de la quatrième rangée.

Le modèle de programmation est assez complet. Sous-programmes (jusqu'à 4 niveaux), branchements conditionnels et inconditionnels, boucles contrôlées et flags répondent présents et il y a même une instruction PSE (pause). La touche R/S (Run/Stop) se comporte comme à l'accoutumé c'est à dire qu'elle permet d'exécuter le programme en mode calcul et de l'arrêter en mode programme. Les tests sont complets (x=y, x<>y, x>=y, x<y, x=0, x<>0, x>=0 et x<0) et permettent de comparer le registre d'affichage (x) au registre y de la pile opérationnelle ou bien directement à la valeur 0. A noter qu'il n'y a pas les inverses des tests mais ces derniers peuvent être simulés en combinant les tests précédents. Les tests sont complétés par 2 indicateurs binaires (flags). Elle dispose de 15 labels (étiquettes) qui permettent de faire des branchements, 10 numériques de 0 à 9 et 5 alphanumériques de A à E qui combinés au mode USER permettent de lancer 5 programmes en appuyant directement sur la touche correspondante et dans ce cas là la fonction première de la touche est accessible après appui sur la touche [ f ]. Inversement si le mode USER n'est pas activé, il est possible de lancer un programme en appuyant sur [ f ] au préalable. Pour pouvoir faire cohabiter plusieurs programmes il suffit de les faire terminer par un RTN (return). Les sous-programmes sont appelés par le traditionnel GSB vers un label et le retour s'effectue quand le RTN (return) est rencontré. A noter qu'il est possible d'utiliser directement les labels de A à E dans un programme comme un GSB.

0 STO 0 LBL A B B RCL 0 RTN LBL B 10 STO+0 RTN affichera 20.

La 11C connaît l'adressage indirect. Pour cela elle a une mémoire dédiée notée I qui contient le numéro de la mémoire impactée. La valeur de la mémoire pointée par le registre I est ramenée par (i). Par exemple : 3 STO I puis 102 STO (i) met la valeur 102 dans la mémoire 3. 12 STO I puis 555 STO (i) met la valeur 555 dans la mémoire .2.

Plus fort. L'adressage indirect vaut aussi pour les branchements. Ainsi GTO I enverra le pointeur de programme vers le label qui correspond à la valeur de I. Si I contient 4 alors il y aura un GTO 4. GTO (i) enverra le pointeur de programme vers le label qui correspond à la valeur de la mémoire pointée par I. Si I contient 1 et la mémoire 1 contient 5 alors GTO (i) enverra le pointeur vers le label 5 (Pub gratuite. A consommer avec modération). Bref, c'est puissant ! Je n'ai pas essayé avec GSB mais je suppose que cela fonctionne de la même manière. Le registre I sert aussi pour les boucles contrôlées grâce aux instructions DSE et ISG. DSE est l'acronyme de Decrement, then skip if less than or equal (décrémente puis saute si moins ou égal). ISG signifie Increment, then skip if greater (incrémente puis saute si plus grand). Dans les deux cas, c'est le registre I qui est décrémenté ou incrémenté. Mais ce n'est pas tout ! Ces instructions sont plus puissantes qu'il n'y paraît. En effet, elles acceptent des valeurs du type nnnnn.xxxyy. nnnnn est la valeur du compteur, xxx est la valeur "limite" et yy est l'incrément ou le décrément. Si je mets 100.00002 dans I et que j'exécute DSE, la valeur de I sera 98.00002. La HP a soustrait 2 de 100. Si je fais un ISG la valeur de I sera de nouveau 100.00002. Donc si condition n'est pas rencontrée, le pointeur de programme exécute l'instruction suivante et sinon il la saute.

100.00002 STO I 0 STO 0 LBL 0 1 STO+0 DSE GTO 0 RCL 0 R/S affichera 50 et RCL I affichera 0.00002.

Du côté de la vitesse, la HP-11C n'est pas un bolide. Le programme 0 STO 0 LBL 0 1 STO+0 GTO 0 est exécuté 225 fois en 1 minute.

En conclusion, c'est une machine qui a son époque était très puissante. En tous cas assez puissante pour passer le bac et commencer les études supérieures. Elle a été suivie dès 1982 par la HP-15C qui est plus qu'une super HP-11C.

Quelques publicités : HP 11 C HP 11 C Introducing the new HP 11 C

Hewlett Packard HP 11C

La machine ci-dessus a été trouvée dans un vide-grenier en 2008.

Hewlett Packard HP 11C

Le verso de la machine. Elle a bien vécu avant de rejoindre ma collection !

 

Hewlett Packard HP 11C

 

 
Hewlett-Packard HP-11C
Dimensions : L=12,9 cm, l=7,9 cm, H=1,5 cm
Poids : 113 grammes
Ecran :  LCD 10 Chiffres 
Mémoire :  63 pas et 21 mémoires jusqu'à 203 pas et 1 mémoire

Autres informations

: 3 piles bouton LR44

 

 

 

 



 Copyright 2008 - by Badaze
Nombre de visites sur ce site 217530 depuis le 31 décembre 2009
Dernière mise à jour le 2018-11-24 14:04:32
Site optimisé pour Internet Explorer 5.5 et suivants - Résolution 1024x768